Dans ce deuxième volet diffusé ce soir sur TF1, Mélanie Doutey affronte à la fois JoeyStarr et Grégory Fitoussi. On ne connaissait pas son côté sombre… Mais le rôle lui va si bien !

Vous êtes-vous donné du mal pour préparer ce rôle ?

Ce qui m’a donné le plus de mal, c’est d’assister « pour de vrai » à des affaires difficiles. J’ai beaucoup traîné au tribunal, j’ai rencontré des avocats. C’est la première fois, dans une fiction, qu’on me donne un métier, je suis avocate avant d’être femme. Le personnage ne joue pas sur la séduction. Et ça m’a beaucoup plu.

Ce métier d’avocate, vous le feriez bien… ou mal ?
Faire ce métier, j’en serais incapable ! Déjà, les études sont trop longues (rires). Mais surtout, je ne pourrais jamais défendre l’indéfendable, comme le fait mon personnage. Je n’en dormirais pas de la nuit.

Avez-vous eu du mal à regarder en détail certaines photos de meurtres que votre personnage doit étudier pour l’enquête ?
Non, pas spécialement. C’était très bien fait, les maquilleuses ont bien bossé, mais j’avoue que je ne suis pas du tout effrayée par le sang. Je suis amatrice de films d’horreur !

Qui représente le Mal dans cette mini-série ?
A priori, cette main du mal, c’est celle de JoeyStarr, le meurtrier. Mais au bout du compte, nous sommes tous à la fois bourreaux et victimes. Tous coupables. À la lecture du scénario, je n’avais pas capté à ce point l’ambiguïté de chaque personnage. C’est comme un virus qui s’infiltre et qui nous gangrène tous.

La Main du mal est l’adaptation d’une mini-série anglaise, Perfect Crime. Les scénaristes ont-ils eu du mal à l’adapter ?
Pour avoir vu l’original, je sais en tout cas qu’ils ont fait du bon boulot. Ils ont dû adapter le scénario à notre système judiciaire, qui n’est pas du tout le même qu’en Angleterre. Et dans la version française, il n’y a pas d’un côté le méchant et de l’autre le gentil. Nous sommes davantage dans la suggestion. C’est plutôt au spectateur de juger.

Votre partenaire JoeyStarr est-il si « mal embouché » que certains le disent ?
Mal embouché ? Que voulez-vous dire ?

Quelqu’un qui s’exprime grossièrement, qui a une attitude désagréable…
Mais pas du tout ! J’avais déjà rencontré Joey sur le tournage du Bal des actrices, de Maïwenn. Travailleur, bosseur, hyper généreux sur un plateau, il est loin de l’image des tabloïds. Ce n’est sûrement pas lui qui remporterait le prix de la grossièreté sur le plateau !

Joey n’est donc ni mal embouché ni mal luné, alors ?
Vous tenez vraiment à glisser le mot « mal » dans toutes vos questions ! Eh bien non, je ne l’ai trouvé ni mal embouché ni mal luné ni… mal en point (rires).

Un mot sur l’autre « mâle » du film, Grégory Fitoussi…
C’est un chercheur. Il était très investi, très concentré. Grégory n’était pas du tout intimidé par le milieu des tribunaux, il a l’habitude, avec son rôle dans la série Engrenages (où il incarnait un avocat, ndlr). Nous avons fait ensemble, avec le metteur en scène, un véritable travail de répétition.

On vous connaît moins dans ce registre sombre… C’est dommage : le Mal vous va bien !
Merci, je prends cela comme un compliment. C’est vrai qu’on m’associe plutôt aux comédies romantiques. J’en ai fait plusieurs – pas toutes réussies d’ailleurs ! –, mais j’avais envie de passer à autre chose, de me servir de ma part d’ombre. Je vieillis peut-être…

Découvrez le 2ème épisode de La main du mal lundi 14 novembre à 20h55 sur TF1.

J’ai rajouté 387 captures de l’épisode 1 du téléfilm La Main du Mal. La deuxième partie sera diffusée le 14 novembre prochain sur TF1!

Le téléfilm judiciaire en deux parties a charmé les téléspectateurs, permettant à TF1 de remporter haut-la-main le match des audiences.

La première chaîne a largement distancé ses concurrentes dans la soirée du lundi 7 novembre. Le premier volet de La Main du mal, téléfilm judiciaire en deux parties, a passionné 5.4 millions de téléspectateurs sur TF1, soit 22,6 % des audiences. Assez loin derrière, on retrouve Castle, qui atteint la deuxième position avec 3.5 millions de fidèles, soit 13,2 % des audiences. Mariés au premier regard, la nouvelle télé-réalité d’M6 qui voit de parfaits inconnus se marier, a attiré 3 millions de curieux, soit 12,5 % des audiences.

Sur France 3, le documentaire En mer contre Daech a réalisé un score honorable. Le film centré sur le porte-avions « Charles-de-Gaulle » parti lutter contre l’organisation État islamique en novembre 2015 a intéressé 2 millions de téléspectateurs, soit 8,0 % des audiences. Enfin, le film Anges et Démons a permis à TMC de récolter 1.4 million de cinéphiles, soit 6,4 % des audiences.

(Source RTL.FR)

Les deux acteurs revêtent la robe d’avocat dans La main du mal ce lundi soir sur TF1. Invités sur Buzz TV, ils reviennent sur l’intrigue de la mini-série et évoque la qualité de la fiction française.

Mélanie Doutey et Gregory Fitoussi étaient invités ce matin sur le plateau de « La Médiasphère » pour parler de « La Main du mal », le nouveau thriller de TF1 avec JoeyStarr.

VOIR LE REPLAY DE L’EMISSION

ls sont au cœur d’un thriller palpitant. Mélanie Doutey et Gregory Fitoussi étaient invités ce matin sur le plateau de « La Médiasphère » pour parler de La Main du mal, le nouveau thriller en deux volets qui débute sur TF1 ce soir.

L’histoire ? Thomas Schaffner (Grégory Fitoussi), un brillant avocat, se retrouve pris dans une folle spirale de vengeance après qu’il ait refusé de serrer la main de Luc Follet (JoeyStarr), un assassin qui a tué sauvagement une jeune femme et dont il vient de gagner le procès. Vexé comme un pou, Follet décide de s’en prendre à la femme de Thomas.

« On trouve toujours des points communs avec un personnage, c’est le principe, on essaie de se l’approprier. Mais je ne ressemble pas du tout à Thomas Schaffner« , a expliqué Grégory Fitoussi. « C’était passionnant de voir ces deux rôles qui se confrontent et d’avoir cette dualité« , a déclaré pour sa part sa partenaire Mélanie Doutey, qui incarne Dolorès Colpart, la grande rivale de Thomas Schaffner.

Habitués au petit écran, les deux comédiens ont souligné les avantages qu’offre la télévision par rapport au cinéma. « Le cinéma aborde aussi beaucoup de sujets, mais la télé offre surtout un format qui permet de prendre plus le temps de raconter les choses. Et le temps joue sur la qualité« , analyse le comédien.

« On peut se permettre d’aborder beaucoup de sujets comme au cinéma, mais comme le dit Grégory, pour nous les acteurs c’est agréable d’avoir le temps d’approfondir un personnage et d’aller très loin. De pouvoir l’accompagner dans le temps, ce qui n’est pas le cas au cinéma. C’est un médium génial la télé« , a confirmé Mélanie Doutey.

Comment s’est passée la collaboration avec JoeyStarr, dont on connaît la réputation volcanique ? « Il n’y a rien de compliqué à jouer avec lui, au contraire c’est un cadeau« , estime Grégory Fitoussi. « Il a ce côté très animal qu’a le personnage. C’est quelqu’un de très travailleur, très à l’écoute des autres. On a rencontré un véritable acteur« , a conclu Mélanie Doutey.