Pour le 19e épisode de Rendez-vous en terre inconnue, diffusé ce mardi sur France 2, Mélanie Doutey est partie en Mongolie aux côtés de Frédéric Lopez. Une expérience inoubliable qu’elle raconte à L’Express.

Cela aurait pu être un rendez-vous manqué. Après avoir repoussé plusieurs fois sa participation à l’émission de France 2, Mélanie Doutey a enfin pu s’envoler aux côtés de Frédéric Lopez pour découvrir la culture mongole. Une culture qu’elle connaît, l’un de ses ancêtres étant originaire du pays. L’actrice, toujours émue par son expérience, raconte à L’Express comment elle a vécu ces deux semaines à l’autre bout du monde ou presque.

Partir quinze jours dans le grand froid avec Frédéric Lopez, vous avez accepté tout de suite?

En fait, on en parle depuis plusieurs années avec Frédéric. Je crois que c’est la troisième ou quatrième fois qu’il me propose de partir avec lui, mais pour des raisons d’emploi du temps, ça ne s’est fait que maintenant. C’est une émission que j’ai toujours trouvée magnifique. Je suis fière d’y avoir participé. Rendez-vous en terre inconnue met en avant une communauté, un mode de vie différent… C’est brillant et de qualité.

Ça n’a pas été trop difficile de laisser votre fille [Ava Lellouche, âgée de 7 ans] durant deux semaines?

Je dois avouer que ça n’a pas été facile. Mais je savais que je reviendrais pleine de quelque chose à lui offrir.

Vous avez vous-même des origines mongoles, comment avez-vous réagi en apprenant que l’émission se déroulerait dans ce pays?

Je dois avouer que ça m’a bouleversée. C’est un pur hasard puisque Frédéric n’était pas au courant de mes origines, mais c’est un voyage que je voulais faire depuis très longtemps. D’abord seule, puis j’attendais que ma fille soit plus grande. C’est un voyage qui me trottait dans la tête. J’avais envie de découvrir l’immensité de ce pays.

Vous êtes-vous bien entendue avec votre partenaire de voyage Frédéric Lopez?

Ça s’est divinement bien passé. C’est un journaliste que je trouve atypique et que j’admire beaucoup. Dans cette époque où le drame est surexposé, banalisé, il décide de mettre en avant le bonheur, le partage, l’écoute. C’est très important.

Durant ces quinze jours avec Nyamsuren, éleveur de chameaux, quel a été votre moment le plus intense?

Je ne pourrais pas faire de choix. Chaque journée a été tellement riche… Je crois que le plus fort a été ma rencontre avec ce couple exceptionnel formé par Nyamsuren et sa femme Oyuntuya. Ils sont incroyablement généreux et accueillants, avec un sens fou de l’hospitalité. Ils ont tout fait pour nous mettre à l’aise. Et même si les animaux, ce n’est pas mon truc dans la vie, voir le rapport de Nyamsuren avec ses bêtes, c’était extrêmement fort.

Vous avez vécu des moments difficiles durant ce voyage?

A aucun moment. J’ai peut-être eu des moments d’appréhension, mais au final, je m’en souviens très peu. Il n’y a eu aucune d’épreuve. Bon, peut-être que je ne prendrai pas de sac de couchage avec moi pour mes prochaines vacances, mais ça s’arrête là.

Au-delà de l’aide du traducteur, ce n’est pas trop difficile de communiquer quand on n’a aucun mot en commun?

Quand le traducteur n’était pas là, on communiquait avec des « singeries ». On parlait finalement un langage enfantin, en faisant des grimaces, des bruits… Il y avait cette nécessité de communiquer malgré la barrière de la langue, avec les moyens du bord.

Vous avez mis du temps à vous remettre de ce long voyage?

Il y a toujours un petit bout de lumière en moi, un petit bout de Mongolie. Mais si je suis très honnête, on reprend vite nos habitudes, notre rapport à la superficialité citadine.

Participer à Rendez-vous en terre inconnue, ça vous a appris quelque chose sur vous-même?

[Silence] C’est tellement intime… Si je savais écrire, si j’étais poète, je pourrais écrire un recueil sur cette expérience. Je crois que ce que j’ai appris, c’est à rencontrer des gens. Ce voyage était porté sur l’autre, j’étais à l’écoute de l’autre. Ça m’a fait plus que du bien. J’ai eu l’impression de revenir à l’essentiel.

SOURCE L’EXPRESS

Ci-dessous le scan du magazine Télé 7 Jours où Mélanie parle de l’émission RDV en terre inconnue qui sera diffusée mardi prochain (29/11) sur France 2. Hâte!

Le cinéaste Radu Mihaileanu président du jury du 8e festival des Arcs

Le 8e festival du cinéma européen des Arcs se tiendra du 10 au 17 décembre au coeur de la station savoyarde. Le cinéaste franco-roumain Radu Mihaileanu (« L’Histoire de l’amour ») présidera le jury, composé notamment de Mélanie Doutey, Catherine Corsini et le compositeur Bruno Coulais. Le réalisateur Antonin Peretjatko (« La loi de la jungle »), présidera de son côté le jury des courts métrages.

[…]

Source FRANCETVINFO

Bonjour! J’ai rajouté dans la galerie 467 captures d’écrans de Mélanie dans la deuxième partie du téléfilm La Main du Mal diffusé lundi soir sur TF1. L’épisode final a réuni 5,2 millions de télespectateurs pour 21,2% de pda.